liminaire

A. ? Qui concerne le seuil. Je parvins tout juste devant la porte de l’usine, mais je demeurai figé à cet endroit liminaire, et la perspective de toutes ces machines qui m’attendaient en tournant, anéantit en moi sans appel ces velléités travailleuses (CélineVoyage,1932, p. 288).
B. ? P. ext.

1. Qui est placé au début d’un ouvrage, d’un discours. Chapitre, déclaration, verset liminaire. Il faudra aussi rédiger une note liminaire délimitant strictement la portée de ces textes (Du BosJournal,1928, p. 115). En attendant mon tour chez le coiffeur de la rue Jean-du-Bellay, je lus en tête de l’Itinéraire philosophique de Maurice Blondel (propos recueillis par Frédéric Lefèvre) la lettre liminaire de Blondel à Lefèvre que je n’avais encore fait que parcourir (Du BosJournal,1928p. 124).
2. Qui concerne, qui forme le commencement de quelque chose, qui prélude à quelque chose.
(Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales — France | Extrait)
Retour en haut